Les péripéties du combat...

enluminurelt« Tout étant rompu, nous dit Nithard, Louis et Charles se mettent en marche au lever du jour et occupent, avec le tiers environ de leur armée, le sommet d'une colline contiguë au camp de Lothaire, en attendant son arrivée et la deuxième heure, comme les leurs s'y étaient engagés par serment. Puis, lorsque les deux armées furent en présence , ile en vinrent aux mains sur le ruisseau des Bourguignons, et ce fut une grande bataille. Louis et Lothaire luttèrent courageusement au lieu dit Briottes, et Lothaire, vaincu, fut repoussé. La partie de l'armée (ennemie) dont Charles soutint le choc au lieu dit Fagit fut immédiatement mise en fuite. Au contraire, celle qui, à Solmet, attaqua Alard et tous les autres auxquels, Dieu aidant, j'ai fourni un assez utile secours, combattit vaillamment; ainsi les succès se balancèrent, mais finalement tous les partisans de Lothaire furent mis en déroute. »
Le 25 au matin, Louis et environ 250 cavaliers occupent la position la plus avancée , les Hauts de Briotte, les Rues, L'Echelier, tandis que les reste des armées alliées se trouve déployé en arrière sur la Capette et Buisson Héry.
On nous dit qu'à Brittas c'est Lothaire qui prit d'abord l'avantage; se jetant lui-même au milieu des troupes de Louis, il réussit à les repousser jusqu'au ruisseau des Bourguignons. C'est alors qu'interviennent les troupes de Charles à partir du plateau du Deffand. Il lance ses cavaliers sur les pentes du Tau et bouscule la cavalerie de Lothaire aux prises avec Louis. Les éléments de Lothaire sont « immédiatement mis en fuite » et rejetés pour partie dans cette Fosse aux Gens d'Armes qui s'ouvre juste au -dessous.
Une autre partie des troupes de Charles commandée par le sénéchal Alard, vient soutenir Louis sur Solemnat, mais une brusque attaque de Pépin relance un moment le combat auquel Nithard dit qu'il participe. Enfin, l'intervention du comte bourguignon Guérin aux côtés de Charles et d'Alard va décider de la victoire.

Quelques informations sur Guérin de Mâcon par Godomar, Bourgogne 9e siècle. 833/843...
enluminurelt

Le royaume franc vacille dans une lutte de pouvoir et la bourgogne devient le terrain d’une lutte incessante entre l’empereur Louis 1er et ses trois premiers fils, Lothaire, Louis de Bavière et Pépin d’Aquitaine.
En 833, Louis 1er est destitué par les grands du royaume de son titre d’empereur au bénéfice de son fils Lothaire.
En 835, Louis 1er récupère son titre d’empereur après avoir été libéré par ses 2 autres fils, Louis de Bavière et Pépin d’Aquitaine.
En 837, Louis veut laisser en héritage à son 4eme fils Charles le chauve, né d’un second mariage avec Judith de Bavière, le royaume délimité au nord par le Rhin, à l’est par la Meuse, au sud par la Seine avec un prolongement en Bourgogne (Auxerre et Sens), c’est à peut près les terres correspondantes à l’ancien royaume de Neustrie.
En 840, à la mort de Louis Ier les querelles reprennent entre les trois frères survivants, Lothaire, Louis, Charles et leur neveu Pépin d’Aquitaine (fils de Pépin décédé l’année précédente). Lothaire s’allie avec Pépin et Charles avec Louis.
En Bourgogne, Ermenaud III d'Auxerre, Arnoul de Sens et Audri d'Autun sont dans le camp de Lothaire, tandis que Charles peut compter sur Guérin de Mâcon et Aubert d’Avallon.

Pour information :
Godomar est un fidèle de Guérin de Mâcon (*) . Il participe avec lui à la libération de Louis 1er en 835 et fait partie du contingent de Bourguignons arrivés en renfort, pour soutenir Charles le chauve à la bataille de Fontenoy en 841.
nb :
(*) ce serait plutôt Guérin de Provence , comte de Mâcon, dont l'intervention aux côtés de Charles le Chauve est définie comme décisive pendant la bataille de Fontenoy

voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerin_de_Provence